Campagne d'information : "Respirez-vous du radon dans votre logement?"

Publié le

12/01/2017

Changer la taille du texte

Taille du texte : A+ A-

Adhérent
NOVABUILD

DREAL Pays de la Loire (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement )

État et collectivités

NANTES Cedex (44263)

Vous êtes ici

Campagne d’information sur le radon en Pays de la Loire

Le radon, gaz d'origine naturel, radioactif, incolore et inodore, est présent partout. Il se dilue à l’air libre mais peut s’accumuler dans les espaces clos.

Le risque de développer un cancer du poumon est avéré et augmente avec la concentration du gaz que des actions simples permettent d'atténuer.

Afin de sensibiliser le plus grand nombre, la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Pays de Loire, l’Agence régionale de santé (ARS) Pays de la Loire et la division de Nantes de l’Autorité de sûreté nucléaire ont lancé une campagne d’information à destination du grand public.

Le radon, bien que méconnu, est très présent en Pays de la Loire

58% des habitants en Pays de la Loire n’ont jamais entendu parler du radon selon le baromètre santé environnement 2015 de l’Observatoire Régionale de la Santé.

Or, les récents travaux menés par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) ont démontré que la majeure partie des communes de la région Pays de la Loire est concernée par un risque radon moyen ou important. Seuls, une grande partie de la Sarthe et le nord-est du Maine-et-Loire, se caractérisent par un faible potentiel radon (car situés hors du socle granitique du massif armoricain).

Situer le potentiel radon des bâtiments en fonction des communes

Chacun est invité à se poser la question suivante : "Suis-je dans une zone à potentiel radon moyen ou important?"

La cartographie du potentiel radon de l’IRSN permet de situer le niveau de potentiel radon de votre commune.

Le potentiel radon fournit un niveau de risque relatif à l’échelle d’une commune, il ne présage en rien des concentrations présentes dans l'habitation, celles-ci dépendant de multiples autres facteurs (étanchéité de l'interface entre le bâtiment et le sol, taux de renouvellement de l'air intérieur...). Une construction située dans un territoire dit de catégorie 3 a toutefois nettement plus de risque d’en présenter que la même construction située dans une commune à potentiel radon de catégorie 1.

Les concentrations peuvent par atteindre des niveaux très élevés pour certaines caractéristiques architecturales ou des conditions de ventilation défavorables (en savoir plus : Le radon dans les habitations).

Qu'est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle. Il est issu de la désintégration de l’uranium et du radium présents dans la croûte terrestre.

Il est présent partout à la surface de la planète et provient surtout des sous-sols granitiques et volcaniques ainsi que de certains matériaux de construction. Le radon est un des agents responsables du cancer du poumon, toutefois bien loin derrière le tabac.

Le radon peut s’accumuler dans les espaces clos, notamment dans les maisons. Les moyens pour diminuer les concentrations en radon dans les maisons sont simples :

  •     aérer et ventiler les bâtiments, les sous-sols et les vides sanitaires,
  •     améliorer l’étanchéité des murs et des planchers.

Le risque sanitaire associé à l’exposition au radon

C’est le risque de cancer du poumon qui motive la vigilance à l’égard du radon dans les habitations ou autres locaux. Le radon et ses descendants solides pénètrent dans les poumons avec l’air respiré. Ces descendants émettent des rayonnements alpha qui peuvent induire le développement d’un cancer. Les résultats de l’ensemble des études épidémiologiques sont concordants et montrent une élévation du risque de cancer du poumon avec l'exposition cumulée au radon et à ses descendants radioactifs.

En France, le cancer du poumon est responsable d’environ 25 000 décès chaque année. Une évaluation quantitative des risques sanitaires associés à l’exposition domestique au radon, effectuée en France métropolitaine en 2004, permet de conclure que le radon pourrait jouer un rôle dans la survenue de certains décès par cancer du poumon dans une proportion qui pourrait atteindre 10 %.

Mesurer pour savoir

Il existe des kits de détection spécifique. La mesure consiste à poser l’appareil dans une pièce de vie (salon salle à manger, chambre), au rez-de-chaussée et pendant la période de chauffe. Le résultat, exprimé en "Becquerel par mètre cube", est ensuite transmis par courrier.

De nombreux partenaires tels que la ville de Nantes, les associations UFC-Que choisir, et la CLCV accompagnent les particuliers sur les conduites à tenir en cas de concentration élevée. Les organisations professionnelles du bâtiment (CAPEB, FFB) organisent la montée en compétence de leurs adhérents sur les sujets santé/Bâtiment.

Les gestes simples pour atténuer la concentration en radon

  • Empêcher le radon d’entrer en effectuant des travaux d’étanchéité. ex : colmater les éventuelles fissures des murs ou améliorer les joints des passages des canalisations avec du mastic.
  • Faire sortir le radon de en agissant sur la ventilation. ex : nettoyer les entrées et sorties d’air, s’assurer que la ventilation mécanique fonctionne.
  • Aérer 10 minutes par jour, été comme hiver, pour renouveler l’air intérieur.

En savoir plus

Agence régionale de santé Pays de la Loire (ARS) www.ars.paysdelaloire.sante.fr

Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL)

pour en savoir plus sur le risque et l’exposition au radon : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

pour connaître la gestion du risque radon en France : Autorité de sûreté nucléaire

pour télécharger une grille d’audit simplifiée de votre logement : CEREMA

Laisser un commentaire

 

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

S'abonner ici