Passion Promotion | Rencontre avec Alexandre LEVEQUE, groupe LAUNAY

Promoteur Immobilier
Adhérents

Publié le

22/04/2021

Changer la taille du texte

Taille du texte : A+ A-

Adhérent
NOVABUILD

GROUPE LAUNAY PAYS DE LA LOIRE

Promoteur, constructeur

NANTES (44000)

Vous êtes ici

Témoignages

Tous nos logements sont étudiés du point de vue de l’usage, comme si nous allions y loger nous-mêmes. Concrètement cela se traduit par un soin apporté aux espaces extérieurs, à la distribution des pièces, à la localisation des espaces vitrés, aux rangements, aux celliers, aux caves, etc.
Alexandre LÉVÊQUE, Directeur de l'agence de Nantes, Groupe Launay
Nous intégrons la démarche RSE dans tous nos projets pour qu’ils soient vertueux, décarbonés, et thermiquement très performant. Il s’agit par exemple de préserver la biodiversité sur tous nos projets, ou d’examiner systématiquement le niveau d’utilisation de matériaux biosourcés ou géosourcés sur nos opérations, et également d’anticiper le cycle de réemploi des matériaux de chantiers.
Alexandre LÉVÊQUE

Bonjour Alexandre LÉVÊQUE, comment allez-vous dans cette période de crise sanitaire, doublée d’un début de crise économique, sans oublier la crise climatique qui s’accentue ?

Bonjour Pierre-Yves, je vais bien car la santé va bien. On s’aperçoit dans cette période que la santé est quelque chose de précieux.

Professionnellement, la machine n’est pas à l’arrêt mais elle est un peu grippée. Je suis personnellement de nature optimiste, pour autant, on ne peut que constater des difficultés et des ralentissements dans la chaine de production car notre métier de promoteur est très dépendant de nombreux corps d’état, des collectivités locales (élus et services), et bien évidemment de nos clients pour lesquels le produit qu’on leur propose est souvent un des plus important de leur vie.

Dans le cycle de fabrication du logement, finalement, nous dépendons de la façon dont toutes ces personnes vivent la crise et nous devons nous y adapter. Il nous faut plus que jamais jouer collectif, jouer avec les autres car nous avons tous besoin les uns des autres. En tant que promoteur, nous avons besoin de nous assurer de la bonne vitalité de chacun de ceux qui interviennent dans le cycle de fabrication des logements.

Pouvez-vous vous présenter, vos 3 points forts personnels et professionnels ?

L’honnêteté est une valeur à laquelle je tiens beaucoup.

L’abnégation et la résilience, la capacité à m’adapter serait une autre facette. Je m’efforce également d’avoir un comportement durable. Il me semble utile d’être durable dans mes actions.

Et enfin, j’évoquerais la rigueur, le souci du détail, avec une approche très consciente de notre responsabilité. Nous avons un métier magnifique qui est de créer l’habitat, un des besoins fondamentaux de l’homme. Il nous faut prendre la mesure de ce que nous réalisons. Cela nous oblige à être exigeants envers nous-même et envers toute la chaîne. Nous avons des obligations de résultat envers nos clients qui demandent des logements aimables et désirables.

Pouvez-vous nous raconter comment avez-vous intégré le groupe LAUNAY ?

J’ai fait un 3e cycle en urbanisme puis j’ai intégré successivement deux promoteurs nationaux, Bouygues Immobilier puis NEXITY. J’ai donc passé toute ma jeune expérience dans des grands groupes, et à l’aube de la quarantaine j’ai voulu rejoindre une structure plus familiale.

J’ai rencontré Jérôme LAUNAY qui m’a présenté le Groupe et ses valeurs. Cela fait six ans que je suis dans le Groupe et je suis toujours en phase avec ces valeurs que portent les dirigeants, Jérôme et Franck LAUNAY.

Les valeurs c’est ce qu’on retrouve dans la culture familiale, dans l’ADN du Groupe. On peut parler de l’écoute, du respect, de l’humilité, de la transparence dans les échanges, mais aussi de la proximité, de la rigueur, du professionnalisme, du souci de bien faire, etc.

Pouvez-vous présenter le groupe LAUNAY ?

Le groupe LAUNAY est un groupe familial qui a plus de trente ans. C’est un groupe qui à l’origine, était lotisseur et aménageur. Franck et Jérôme LAUNAY, à la suite de leur père, ont fait évoluer le Groupe vers la promotion immobilière, tout en conservant le métier d’aménageur. Son siège social est situé à Rennes avec 3 agences, Nantes, Bordeaux, et Lyon.

L’agence de Nantes a été créée il y a 10 ans.

En tout, c’est une centaine de personnes qui produisent annuellement de 7 à 800 logements, dont 150 à 200 sur la métropole nantaise.

Je dois préciser que le conseil d’administration n’est composé que de Franck, Jérôme et leur maman, sans présence de groupe financier extérieur. Cela facilite l’autonomie, la flexibilité et la rapidité des décisions.

Ce qui est remarquable aussi, c’est que les deux dirigeants, Jérôme et Franck LAUNAY, sont tous les deux des passionnés. Ils sont très investis dans leur société et ils insufflent cette dynamique à toutes leurs équipes. Ils veulent toujours aller au-delà de la facilité avec des projets authentiques, audacieux, innovants et durables.

Pour illustrer cela, on peut évoquer EDEN Square que nous avons livré en 2012, et qui à l’époque était déjà un défi écologique et réglementaire. Il y a eu 5 années de travail et de montage, notamment avec les services de l’Etat, pour pouvoir sortir ce projet qui est encore aujourd’hui un beau démonstrateur de notre capacité à faire. De nombreux autres projets, témoins de cette philosophie, ont vu le jour depuis.

Quel est votre rôle, votre contribution au sein du groupe LAUNAY ?

Mon rôle est d’accompagner mon équipe. Je suis entouré d’expertes et d’experts qui sont compétentes et compétents, et autonomes. Je leur apporte ma sensibilité aux devoirs et aux responsabilités qui sont les nôtres. Il s’agit de notre responsabilité du quotidien, de notre action sur l’aménagement de la ville, sur le futur cadre de vie de notre client, sur l’esthétique de la ville qu’on va laisser aux générations futures, et de notre responsabilité écologique liées à nos réalisations. Mon rôle est de prendre ce recul-là, systématiquement. C’est en prenant du recul qu’on prend de l’élan pour aller plus loin.

Quelle sont les cibles, les marchés, du groupe LAUNAY ?

Notre cœur de métier est l’immobilier résidentiel. Nous réalisons également des locaux tertiaires ou des locaux d’activité, mais notre cœur de métier reste le logement. Et dans le montage de nos opérations, nous veillons à ce que tous les logements soient agréables à vivre et que tous les usages soient possibles. Nous attachons une grande importance aux usages.

Tous nos logements sont étudiés du point de vue de l’usage, comme si nous allions y loger nous-mêmes. Concrètement cela se traduit par un soin apporté aux espaces extérieurs, à la distribution des pièces, à la localisation des espaces vitrés, aux rangements, aux celliers, aux caves, etc.

Quelles sont les cibles, les marchés, du groupe LAUNAY ?

Nous visons une clientèle qui achète des logements pour y vivre. Dans toutes nos opérations, la part de propriétaires occupants est importante.

ALHENA - Saint-Herblain (Loire-Atlantique) - Maître d'ouvrage : Groupe Launay - Architecte :  a/LTA Le Trionnaire-Tassot

Quelles sont les 2-3 réalisations dont vous êtes le plus fier ces 5 dernières années ?

Je pense bien évidemment au Clos des Baronnies dans le quartier Ste Anne à Nantes. Ce projet, conçu par Gilberto Pellegrino (PADW) a obtenu le prix du grand public aux Pyramides d’argent en 2018. Cela a été le fruit d’un travail d’équipe pointu.

Ensuite, j’évoquerai Alhéna, sur la commune de St-Herblain dans le quartier Bagatelle, porté par l’aménageur LOD. C’est une opération qui propose à la fois un ilot de logements et un cabinet médical/paramédical ainsi qu’une crèche. Il a été conçu par le Cabinet ALTA Architectes et je trouve qu’il est particulièrement réussi pour son intégration dans son environnement proche, dans les usages qu’il propose ainsi que dans son esthétisme.

Quelle place accordez-vous à l’innovation et à la R&D ?

Sur l’innovation, notre premier fait d’arme a eu lieu en 2012 avec EDEN SQUARE, réalisation qui était très novatrice et conçu par Christian HAUVETTE (Grand Prix d’Architecture). C’est une résidence avec un patio couvert par une serre agricole qui permet d’avoir un cœur d’îlot maîtrisé thermiquement. Cette serre est équipée d’un système d’ouverture modulée en fonction de la pluie et du vent ou de l’apport solaire qui permet de réguler la température et l’hygrométrie du cœur d’ilot. L’idée est de faire profiter tous les logements de l’apport solaire gratuit offert par le patio et d’assurer pour tous les logements (qui sont tous traversants) un gradient thermique optimal.

Nous travaillons en ce moment sur les matériaux biosourcés, géosourcés et les constructions alternatives. Nous avons plusieurs projets en cours, dont un sur la métropole rennaise en ossature bois avec remplissage en béton chanvre. Nous avons également un projet à venir à Saint-Nazaire qui fera l’objet d’une utilisation de matériaux biosourcés. Et d’autres en cours d’études.

Notre approche systématique, pour tout nouveau projet, se fait sous l’angle du matériau responsable. La difficulté de l’exercice tient à l’équation économique liée à des couts de construction toujours plus élevés sans pour autant, trop augmenter les prix de vente de nos logements. Notre profession est actuellement en pleine mutation pour trouver des solutions et permettre la réalisation de logements vertueux pour toutes et tous.

Votre structure intègre-t-elle une démarche d’atténuation, d’adaptation, de transformation, face aux dérèglements climatiques ?

Tout d’abord, nous avons une politique RSE très engagée auprès de tous les collaborateurs du Groupe afin de diminuer l’empreinte carbone liée au quotidien d’une entreprise. Et je crois que l’ensemble des salariés y sont très sensibles car nous venons d’être nommé au palmarès des Best Great Place To Work en France.

Ensuite, nous intégrons cette démarche dans tous nos projets pour qu’ils soient vertueux, décarbonés, et thermiquement très performant. Il s’agit par exemple de préserver la biodiversité sur tous nos projets, ou d’examiner systématiquement le niveau d’utilisation de matériaux biosourcés ou géosourcés sur nos opérations, et également d’anticiper le cycle de réemploi des matériaux de chantiers.

Bref, vous l’aurez compris, l’implication éco-responsable du Groupe Launay se retrouve dans tous nos projets et à toutes les étapes de la production.

Pourriez-vous nous faire part d’engagements que vous avez pris personnellement, ou en tant que dirigeant d’entreprise, en faveur des questions climatiques ?

Je suis extrêmement sensible à ces questions. Je demande qu’une attention particulière soit portée systématiquement sur ces sujets sur tous nos projets. Il faut acculturer tout le monde à réfléchir de façon « Écoresponsable ».

La nouvelle génération est très sensibilisée à ces sujets. On est sur une tendance lourde de prise de conscience climatique. C’est une lame de fond qui emporte tous les acteurs de la construction. Toute la profession en est consciente et le bâtiment est en pleine mutation face à tous ces enjeux. Les performances énergétiques et décarbonées se sont développées en définitive à très grande vitesse, depuis le BBC généralisé jusqu’à la stratégie bas carbone, ceci en à peine dix ans. Finalement l’objectif de neutralité carbone passera par les changements profonds de construire, aménager et vivre la ville. Il reste encore des paliers importants à franchir, compte tenu du poids que représente notre profession dans l’émission de Gaz à effets de Serre.

EDEN SQUARE - Chantepie (35) - Maître d'ouvrage : Groupe Launay - Architecte : Chritian HAUVETTE

A titre personnel, je fais très attention au quotidien, à mes choix alimentaires, au transport, à la lutte contre le gaspillage, au circuit court pour les achats. Mais le chemin est encore long car on part de loin.

Je suis dans une génération de transition, la prochaine est une génération de convaincus. C’est notre génération qui doit œuvrer pour changer les choses rapidement et de façon importante. Si tout le monde y met du sien, je suis persuadé que nous allons y arriver.

Quelle vision portez-vous sur l’avenir du bâtiment, de la ville, des aménagements ? les tendances émergentes qui vont se généraliser, les pratiques ou habitudes qui vont se transformer ?

Je suis très confiant dans les capacités de notre profession à s’adapter à toutes les transitions qu’elles soient climatiques, numériques ou d’usages.

Sur les grandes tendances, je crois que les nouvelles formes d’habiter du type « Co-living » vont s’accroitre. L’appropriation du logement va changer. L’achat et la propriété d’un bien ne sera plus l’œuvre d’une vie. On demande de plus en plus à un logement, d’être évolutif, qu’il réponde à des moments de vie très différents. On est dans un temps d’urbanisme qui se rallonge alors que le temps d’utilisation du logement se réduit. L’attrait du logement ne sera pas du tout le même que ce qu’on a connu jusqu’à maintenant, notamment l’idée d’y vivre une vie entière. Le schéma d’appropriation du logement va fondamentalement changer.

Le fait de distinguer la propriété de l’usage dans la production de la ville est une bonne chose. Un exemple concret, on voit bien que l’image du logement avec sa place de parking attitrée, va devenir obsolète dans peu de temps. On achètera demain des droits d’usage avec le logement. Je crois que cette notion d’usages va prendre une place de plus en plus importante dans la perception du logement. La notion de pleine propriété va être mise à mal.

Une question maintenant sur votre territoire. Quel est votre port d’attache ? est-ce que vous pouvez décrire votre relation à ce territoire ? Ce qu’il vous apporte ? Ce que vous lui apportez ?

Je suis « nantais d’adoption » depuis 25 ans. C’est une ville inspirante, qui stimule, qui amène la création, c’est la ville du pas-de-côté, la ville du « jeu à la nantaise », du collectif. Je me suis toujours senti très bien à Nantes. C’est une ville de province qui offre cette liberté de pensée, d’action, de créativité. Le pas-de-côté est dans l’ADN de la ville, finalement cela désinhibe l’action de chacun, cela ouvre le champ des possibles. C’est très stimulant, y compris pour notre profession, on le constate avec la mutation des quartiers comme Euronantes, l’île de Nantes et demain Pirmil les Isles. Tout cela pousse à être novateurs, à aller au-delà de la facilitée et du confort.

Dans votre question, il y a aussi ce que nous apportons à ce territoire. Nous avons la volonté d’accompagner tous les territoires sur lesquels nous intervenons. Nous sommes partenaires de plus de 70 associations culturelles, sportives ou bien humanitaires. Cela veut dire que nous sommes réellement implantés là où nous sommes, de façon à accompagner et faciliter la vie des habitants, de leur quotidien. Il en va également de notre responsabilité.

Auprès de qui ou de quoi allez-vous puisez votre énergie quand vous en avez besoin (familier, ami, musicien, artiste, romancier, ville, lieu secret, etc.) ?

J’ai la chance d’avoir un cercle d’amis très proches et une famille très bienveillante. Je me ressource vraiment à leur côté.

Si j'avais un lieu, ce serait l’Ile de Ré. C’est ma madeleine de Proust.

Pouvez-vous évoquer pour nous votre plus bel accomplissement professionnel ?

Ma vraie fierté est d’avoir su tout au long de ces années accompagner les valeurs du Groupe Launay et préserver la confiance que m’apportent Jérôme et Franck LAUNAY.

Et le pas-de-côté que vous n’avez pas encore fait, et que vous aimeriez faire ?

Ce serait peut-être d’associer une collectivité à une maîtrise d’ouvrage dans une société commune pour réaliser un projet. Un projet qui serait commun privé-public, où l’on partagerait tous les objectifs et les résultats économiques. J’aimerais arriver à travailler en totale transparence dans l’intérêt du projet. C’est davantage le cas en aménagement.

Vous êtes membre de Novabuild, quels bénéfices en retirez-vous ?

J’attends que NOVABUILD nous accompagne dans cet environnement nouveau qui foisonne d’acteurs. On se rend compte que tout bouge à une vitesse grand V. Il y a un grand nombre d’acteurs qui œuvrent dans le même sens et qui ne se connaissent pas, et nous avons besoin de vous pour faire ce lien.

Nous avons aussi besoin que vous nous accompagniez sur la connaissance qu’on peut avoir des nouveaux procédés et de la veille sur le champ des possibles. Notre métier change et il faut qu’on soit à l’écoute sans cesse de ce qui se passe autour de nous. Plus vous nous aiderez à être sensibilisés à cette question, et plus les constructions seront vertueuses. Plus vite nous serons nombreux à construire avec ces nouveaux procédés, et plus les coûts baisseront. Cela nous permettra de proposer au plus grand nombre, des constructions biosourcées, bas carbone et résilientes.

Je vous remercie d’avoir bien voulu répondre à nos questions.

Propos recueillis par Pierre-Yves Legrand, directeur de Novabuild, le 7 avril 2021

ADRESSE

Laisser un commentaire

 

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

S'abonner ici