Edito de Laurent Rossez

Editorial de Laurent ROSSEZ | Et si notre rôle était tout simplement de conforter l’envie, la soif d’idéal et la quête de sens des acteurs de la construction ?

Publié le

01/02/2018

Vous êtes ici

Le Conseil d’administration de Novabuild du 24 janvier dernier a été l’occasion collectivement et en méthode créative, de faire le bilan de notre mandature. En effet, notre mandat d’administrateur sera renouvelé à l’Assemblée générale du 13 avril 2018.

Beaucoup d’idées ont fusé que je retranscris pour vous ici. Je voudrais en votre nom, profiter de l’occasion pour remercier chacun de nos administrateurs pour le temps, l’énergie, et la passion qu’ils ont mis au service du projet de Novabuild.

Rien de ce qui est conçu sans moi n’est vraiment fait pour moi…

Quelles sont les évolutions qui vont le plus modifier nos entreprises d’ici 5ans ? Vaste question qui interroge aussi l’échelle du temps : faut-il raisonner à 2, 5 ou 10 ans ?

Ma conviction est que notre secteur, comme tous les autres, avance dans un monde d’incertitudes balayé par la remise en cause des modèles économiques séculaires.

Notre filière est réinterrogée par cinq transitions majeures et il est vital de développer sa vision stratégique afin de rester agile et contribuer à adapter sa propre entreprise.

D’autant plus que parmi les transitions : digitale, environnementale, énergétique, économique et humaniste, c’est vraisemblablement la dernière que nous avons le moins interrogé et qui pourtant contient en elle les germes des changements les plus profonds.

Cette 5ème transition sociale voit une arrivée massive des utilisateurs dans le processus d’innovation en réponse à l’insuffisante prise en compte de leurs besoins réels.

Nos clients, les clients de nos clients, nous tous, nous sommes en train de sortir de la logique purement consumériste. Partout se développe la volonté de prises d’initiative, mue par «l'espoir de voir enfin un jour un monde meilleur, qui pourra remplacer le besoin par l'envie» comme le pressentait Balavoine dès 1984. Nous devons intégrer cette logique car «rien de ce qui concerne les habitants des futurs bâtiments ou quartiers que nous construisons ou rénovons sans eux ne sera vraiment fait pour eux!»

Et il s’agit bien d’intégrer l’idée qu’au-delà des réponses aux demandes existantes, aux besoins formulés et à ce que souhaitent les personnes, ou à ce qu’elles sont en droit d’attendre : il faut aller chercher des propositions désirables, qui «donnent envie» proches des valeurs humaines et d’un certain idéal.

Les points forts des actions de Novabuild qui vont perdurer

Les sujets qui impactent notre secteur sont nombreux et larges, d’où l’intérêt d’une multiplicité d’offre à Novabuild afin d’être éclairé, guidé, d’échanger sur l’ensemble du spectre. Quitte à déléguer certains sujets à ses propres collègues, naturels ayant droits de notre cluster.

Fort de son succès, de ses 370 entreprises adhérentes et surtout de la multiplicité et variété des acteurs qui nous composent : Novabuild va continuer à incarner le think-tank des transitions du BTP.

Car nous devons échanger sur le fond des choses pour comprendre ce qui se passe.

Nous devons aussi bien entendu continuer à prendre notre part dans l’accompagnement pour lutter contre le changement climatique, dans l’esprit européen des 3 fois 20% : réduction des émissions de gaz à effet de serre, augmentation de l’utilisation des énergies renouvelables et amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments.

A ce propos, l’avenir doit nous amener à être en connexion avec d’autres secteurs (transport, énergie, numérique, santé, industrie, etc.) car l’approche doit être aussi ici globale pour avoir les effets escomptés. Le rôle d’assemblier de notre filière facilitera ces démarches.

Nous avons le devoir également de continuer à aborder la question de la frugalité, en cherchant à économiser encore plus les ressources, en recyclant davantage et en concevant ingénieusement plutôt qu’en suréquipant.

Les orientations des grands maîtres d’ouvrages publics, comme la Région des Pays de la Loire qui appliquera à partir de 2018 un référentiel interne sur la sobriété, doivent continuer à soutenir ces efforts via une commande ambitieuse.

L’enjeu de la performance mesurée et réelle, reste aussi notre cœur de cible et nous suivrons attentivement les progrès attendus via le BIM 7D de l’exploitation–maintenance, car certains de nos adhérents sont leaders en la matière.

Les sujets nouveaux qui peuvent « upgrader » Novabuild

Il y a un sujet auquel nous devons nous atteler car la vitalité de nos entreprises en dépend : il s’agit d’attirer les jeunes talents dans nos métiers et concrètement contribuer à valoriser les métiers manuels de notre secteur.

La question se pose d’ailleurs d’aller dans les écoles, car sans cette jeunesse qui viendra renouveler nos troupes, nous n’avons pas d’avenir. Ce n'est pas forcément à Novabuild de piloter des actions en ce sens, mais nous pouvons apporter notre contribution, notamment avec l'expertise que nous développons autour des transitions du BTP.

Il faut aussi inviter et faire venir aux événements de Novabuild nos collaborateurs, nos salariés, les compagnons de nos entreprises. Il est nécessaire de permettre à chacun d’eux de profiter des nombreuses « offres de progrès » de notre cluster.

Enfin, Novabuild devra s’intéresser davantage aux ressentis des usagers, des acheteurs. Nous devons prendre notre part aux solutions partagées qui vont progressivement se mettre en place : réversibilité des bâtiments, production urbaine, participation active des citoyens à l’élaboration de nouveaux modes de vie urbains, etc.

Nous proposons d’intégrer davantage les usages dans les groupes de travail de Novabuild. Car il faut s’adapter et imaginer, avec les gens, des solutions non standardisées, innovantes et frugales.

Il est question de remettre de la sociologie, de faire entrer dans Novabuild plus de sujets moins techniques, en entrant en réseau avec d’autres acteurs, d’autres secteurs industriels qui nous amèneront, eux, un autre regard et l’innovation adjacente, c’est-à-dire celle des solutions efficientes et exportables qui ont fait leurs preuves dans d’autres domaines que le BTP.

Nous devons travailler sur un idéal, celui qui redonne envie à tous de participer à des projets porteurs de sens et mobilisateurs pour notre secteur. Novabuild continuera de donner des pistes aux entreprises pour établir leur stratégie, donner du sens à l’action, faire des choix portés par un idéal.

Car nous sommes à un tournant, moment généralement propice à l’avènement des nouvelles idées !

Laurent Rossez, Président de Novabuild

Février 2018

Laisser un commentaire

 

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

S'abonner ici